Episode 2 : Alleppey, l’Inde verte et ses 900 km de canaux

Explorer le Kerala, territoire aux mille et une facettes, requiert plusieurs semaines. Avec trois jours seulement au compteur, nous avions un programme dense pour limiter la frustration d’un retour précipité. Au lendemain du séjour à Fort Kochi, dimanche 2 août, la descente en bus en direction d’Alleppey se fait sous une pluie torrentielle. 2e etape Allepey (45)Les gens font tomber les volets et nous plongent dans le noir. La performance du chauffeur n’est pas seulement de conduire plusieurs heures consécutives sans voir à dix mètres devant lui. Elle est surtout de maintenir sa carlingue en place sur des routes sinueuses.

Cette alternative au taxi est certes, moins confortable, mais très économique. A 1,30 € les 2 heures de trajet, et près de 100 km parcourus, elle défie toute concurrence !

Sur le quai principal à Alleppey, Salim, un ami de Joseph (notre hôte de Fort Kochi), vient nous proposer son houseboat. « Bateau maison » dans sa plus simple traduction. La croisière le long des backwaters, ces centaines de kilomètres de canaux – un peu comme le marais poitevin mais à l’indienne -, paraissait incontournable. On dit que cet immense cordon de lagunes, entre terre et mer, est unique au monde.

2e etape Allepey (6)
Alain repart sur les routes pour faire les provisions, avant le départ en houseboat.

Emmitouflés dans nos K-way, et compressés par nos sacs à dos, nous acceptons de monter derrière Salim en moto. Avec notre sac de 90 L posé sur ses genoux, il parvient à peine à voir la route et à tourner le guidon aisément. Alain s’enfile au milieu, en sandwich, tandis que je prends place, à l’arrière, les pieds en l’air et le corps tout juste assis sur les poignées. Nous sommes finalement plus chargés qu’une famille de 5 personnes sur un scooter…

2e etape Allepey (39)Salim roule prudemment dans les chemins boueux, très étroits, jusqu’à atteindre l’houseboat. Nous embarquons pour 24 heures dans la péniche exotique. Ces bateaux, aujourd’hui utilisés pour le loisir, sont en réalité une version moderne des Kettuvallams. Ils transportaient des tonnes de riz et d’épices jusqu’aux ports, et notamment celui de Kochi. La toiture se compose uniquement de nattes de bambou et le sol de coques de noix de coco. Avec le développement du tourisme, les intérieurs ont été totalement aménagés de façon moderne (cuisine, lit, salon, etc).

Nous resterons à bord uniquement avec un cuisinier et le commandant, tous deux à nos petits soins. Un grand luxe ! Et fort heureusement, notre commandant très souriant – au dentier flamboyant neuf – parle bien l’anglais.

2e etape Allepey (141) 2e etape Allepey (94) 2e etape Allepey (40)

La nature est exubérante, les cocotiers surabondants, et le soleil fait une jolie percée. Sur les bords de l’eau, les habitants vaquent à leurs occupations quotidiennes. L’eau appartient à tout le monde et sert pour tout : lavage du linge, du corps, brossage de dents.2e etape Allepey (144) Les femmes l’utilisent pour la préparation des repas, le nettoyage des plats. Les pêcheurs extirpent de temps à autre le plat du jour pour la vente ou leur consommation personnelle. Ces scènes de vie se répètent tout le long du voyage de cinq heures.

2e etape Allepey (34)Pendant ce temps, le cuisinier nous prépare des plats typiques de la région, avec du poisson et beaucoup de légumes. Délicieux. Mais se ruer dessus n’était pas la meilleure chose à faire … On se retrouve avec la bouche en feu, le nez qui coule, les yeux qui pétillent. Décidément, les épices encore plus fortes au Kerala que dans le reste de l’Inde nous rendent la vie dure.

L’eau, seule voie de circulation

Des hommes quittent leur maison et se promènent sur de très fines barques. C’est le moyen de locomotion visiblement le plus utilisé, avec la moto. Beaucoup d’endroits restent inaccessibles, hormis par les eaux. Le personnel nous montre du doigt un grand bateau, bondé d’indiens. Il semble bien plus rapide que les autres.

« C’est le bus maritime. Il passe à plusieurs heures du jour et relie la ville aux villages », nous explique-t-il.

2e etape Allepey (58)
Les mastodontes des houseboats.

Le cuisinier du bateau qui nous devance jette dans l’eau un sac plastique. Les canettes s’épandent. Le personnel de notre houseboat promet de ne pas faire la même chose et déplore cette mauvaise conduite. Vingt minutes plus tard, ce sont les déchets de notre cuisine qu’on aperçoit flotter au loin … déçus.

Chemins tortueux

Le capitaine amarre le houseboat devant une demeure colorée pour passer la nuit. Une femme cesse de laver son linge et lui donne un coup de main. Est-ce sa compagne ?  » L’une d’elles », nous fait-il comprendre. Nous le reverrons alors qu’au petit matin.2e etape Allepey (44)

Avant la tombée de la nuit, nous en profitons pour nous aventurer une heure dans les backwaters. La jungle est dense, les oiseaux donnent de la voix au-dessus de nos têtes. Les maisonnettes se distancient les unes, les autres et les habitants nous saluent d’un sourire généreux. Au loin, une musique envoutante est diffusée depuis le temple. Relayée par des enceintes, placées devant quelques patios individuels.

La multiplication des boutons de moustiques, à la nuit tombante, nous rappelle qu’il est temps de rejoindre notre maison sur l’eau.

Le réveil est des plus agréables. La fenêtre de la chambre donne sur la lagune où la vie a déjà repris depuis le lever du soleil. Impossible de faire la grasse matinée. Un homme enturbanné fait le coq depuis sa barque. Du moins, il joue son rôle de réveil et crie devant les habitations, tout en voguant dans à une allure lente et fluide.

2e etape Allepey (138)

Certains bateaux ont déjà repris la route. Les enfants, en uniforme, marchent d’un pas rapide vers l’école la plus proche. D’autres patientent sur des embarcadères avant de monter à bord du bus maritime. Il faut savoir que le Kerala fait partie des premiers de la classe en matière d’alphabétisation en Inde. Dans certaines villes, le taux avoisine les 100 %.

Incredible India

Marari beach (3)De retour à Alleppey, nous rejoignons Marari Beach, à quinze kilomètres au nord de la ville. Le soleil nous abasourdi dès neuf heures et se rendre à l’une des plus belles plages du Kerala, selon les recommandations d’internautes, sera la dernière étape de notre séjour Kéralais. Ici, pas de mur au bord de l’eau mais de grands palmiers. La plage est quasiment désertique. On entre très vite dans la mer d’Arabie, dont la chaleur peut être enviée par les bretons. Malheureusement, un bandeau rouge de pollution en approche du bord nous fait fuir plus vite que nous ne sommes entrés.

Plage désertique dit aussi rareté de restaurants et de vendeurs ambulants. Tout près de la plage se trouve le Marina beach resort… hôtel haut de gamme où l’on peut se restaurer. En réalité, c’est plutôt un Club Med, prisés par les blancs. Ils sont ici dans une bulle, coupée de la réalité de l’Inde et de sa culture. Nous en perdons presque le nord. Mais nos estomacs, eux, se réjouissent avec du pain, du melon, et même du bœuf (interdit à Bombay). Le porte-monnaie savoure un peu moins.

Pour le retour, nous faisons la douloureuse expérience de rester debout pendant 2 h dans un bus local qui rejoint Ernakulam puis l’aéroport. Le sens de l’équilibre est là, particulièrement requis. 2e etape Allepey (18)Ernakulam ne devait être qu’une courte étape. Finalement, lorsque le chauffeur de bus nous y dépose, la correspondance vers l’aéroport n’existe pas. Où trouver une liaison ? Nous demandons à une, deux, trois personnes et également aux agents de la station. En Inde, c’est une règle d’or de recouper ses sources afin d’établir, ensuite, des pronostics. Car à chaque fois, les réponses diffèrent. Le premier pronostic n’est pas le bon, nous repartons en direction d’un autre point de bus dans la ville. Amusés par l’incroyable désorganisation indienne et dépités à la fois par le temps passé dans les transports. La troisième tentative sera la bonne.

Publicités

3 réflexions sur “Episode 2 : Alleppey, l’Inde verte et ses 900 km de canaux

  1. Ping : L’indian life, toujours si étonnante | Regard sur Bombay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s