Episode 1 : Kochi, le Kerala enchanteur

« Mais qu’est ce qu’il fabrique avec un torchon autour de la taille celui-là ? »

A la descente de l’aéroport de Kochi, notre réaction est spontanée face à l’homme qui se tient devant nous. En réalité, ce n’est pas le seul à se draper le tour de taille. Dans le Kérala, région du Sud de l’Inde où nous venons d’atterrir pour trois jours, tous les hommes portent la jupe. Ou plutôt, le Dhoti, ce morceau de tissu couleur crème enroulé autour de la taille et tombant jusqu’aux pieds. L’indian style se décline avec le Lungi, le même tissu, remonté à mi-cuisses.

Anumod, le chauffeur qui nous mène à Fort Kochi, a choisi l’option vestimentaire la plus courte. Il nous dépose dans le cœur historique de la ville le vendredi 31 juillet vers 22 heures, chez Sui House. Engouffrée au fond d’une petite ruelle, l’immense demeure de notre hôte Joseph possède un charme fou. Le décor est raffiné. Un vrai havre de paix, truffé d’antiquités. Joseph est dans le milieu et on s’en rend rapidement compte au vu des dizaines d’anciens objets religieux – chrétiens – et décoratifs. Joseph semble être un As du commerce et de la négociation. Je suis même assez fière d’être parvenue à diviser le prix de la chambre par trois auprès de lui.

1ère étape - Fort Kochi (19)Le samedi matin, nous dégustons l’une des vingt-cinq sortes de bananes du Kerala, accompagnée d’un petit déjeuner local, avant de partir à la découverte de la ville. Nous en prenons le pouls : Visite du Mattancherry Palace, passage à la synagogue puis promenade dans les rues étroites bordées de boutiques d’épices et de thé. Finalement, le tour du quartier juif est rapide. Bien plus vite qu’on ne l’eût cru. Nous partons en rickshaw vers le côté ouest, davantage tourné vers la pêche.

1ère étape - Fort Kochi (31)

1ère étape - Fort Kochi (62)

Le guide du routard nous avait prévenu de la manœuvre des rickshaws à Fort Kochi. Le nôtre n’y manque pas. Il nous assure connaître des boutiques superbes, ou en plus, nous aurons un magnifique point de vue sur la ville. Sa proposition nous fait sourire. Car en réalité, il a un parcours bien rodé, construit en fonction des pourboires donnés par les boutiques du centre-ville en échange de touristes. En nous y déposant, il recevra du responsable un billet de 50 roupies ou un bidon d’un litre d’essence. Que l’on achète, ou non.

1ère étape - Fort Kochi (48)Du coup, lorsque nous lui demandons de rejoindre directement la basilique, le conducteur fait la sourde d’oreille. Il veut s’arrêter dans ses différentes boutiques « sensationnelles », assure t-il. Forcément. Nous cédons pour l’une d’entre elles et jackpot pour lui, nous achetons du thé produit localement. Après quelques minutes de négociation, il finit par se diriger vers la basilique et ne cessera son marchandage qu’une fois nos pieds posés à terre.

1ère étape - Fort Kochi (125)Tenue par les Portugais, les Hollandais et les Britanniques ensuite, Fort Kochi garde de son passé une richesse architecturale diversifiée. Celle-ci côtoie les immenses filets de carrelets chinois traditionnels, déployés sur les plages. 1ère étape - Fort Kochi (72)La force des bras d’une dizaines d’hommes et des contre-poids en pierre relèvent ces filets pour un très maigre butin. Quelques malheureux poissons battent leurs nageoires avant d’être attrapés fougueusement par les pêcheurs puis vendus en direct aux passants.

Un Mur face à la mer

Nous partons vers l’île de Vipin, à cinq minutes en bateau. Comme il est courant en Inde, hommes et femmes sont à nouveau séparés dans l’embarcation. Par une chaleur presque suffocante, nous cherchons sur l’île une plage relativement propre. Car malgré la beauté de Kochi, l’étalement de déchets au bord de l’eau nous donne toujours autant le bourdon. Les gens, y compris les pêcheurs et principaux usagers de la mer, jettent des sacs remplis de plastiques et déchets en tout genre à longueur de temps.

1ère étape - Fort Kochi (136)
Puthuvype beach

Un chauffeur de rickshaw nous dépose à Puthuvype beach. Nous lui reposons la question plusieurs fois, persuadés qu’il a dû faire erreur sur la destination. Visiblement, non. Les vagues viennent s’échouer le long d’un mur de fortification construit sur plus d’un kilomètre. Comme si la mer était un ennemi, une bête noire, les indiens ont même surmonté les murs de barbelés. Seules quelques vaches, coincées sur les deux mètres de banc de sable, parviennent à s’y aventurer. Nous marchons finalement le long de la route, de l’autre côté, où des villageois isolés étendent le linge sur les barbelés. Ils vivent face à ces murs en béton sans tirer profit du sublime paysage qui se tient à quelques pas de là. L’autre partie de Puthuvype beach est finalement plus plaisante, bordée d’arbres et d’une fine dune.

Culture fascinante

Il est l’heure de rejoindre Greenix village, où nous avons réservé pour deux heures de spectacle Kéralais, précédé d’une séance maquillage. Le Kerala, c’est aussi cette tradition des arts du spectacle. Et le Kathakali, théâtre emblématique de la région, en fait partie. 1ère étape - Fort Kochi (150)L’élaboration du maquillage extravagant, avec des matières naturelles, offre un spectacle en lui même.

Nous ne verrons qu’une version condensée de cette représentation théâtrale dansée. Dans les temples, certaines durent parfois toute la nuit. Les foules viennent alors admirer ces personnages au faciès loufoque, qui représentent les dieux, les héros. Par chance pour nous, les expressions du visage et la gestuelle remplacent la parole. Il suffit de se laisser happer par le délire des costumes et l’originalité de la mise en scène.

1ère étape - Fort Kochi (201)

Trois hommes, seulement vêtus de la fameuse jupe, donnent ensuite une représentation du Kalarippayatt. Un art martial ancestral époustouflant. Alain en revient tant admiratif qu’il prend une grande décision… Acheter sa propre jupe.

Prochain épisode au Kerala : Allepey et ses 900 km de canaux

Publicités

4 réflexions sur “Episode 1 : Kochi, le Kerala enchanteur

  1. Superbe week end!!!!! J’ai eu un petit sourire en lisant ton épisode de négociation de prix…! 🙂 toujours aussi agréable de te lire ma puce.

    J'aime

  2. Ping : Episode 2 : Alleppey, l’Inde verte et ses 900 km de canaux | Regard sur Bombay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s